A Day on the Hill for Water : Rencontre avec nos élus pour l’avenir de l’eau

Les 18 et 19 octobre, un événement important se tiendra sur la colline parlementaire pour la toute première fois A Day on the Hill for Water. La Coalition canadienne pour des eaux saines donne donc rendez-vous à ses membres et à plus d’une vingtaine de décideurs du Gouvernement canadien sur la colline parlementaire afin de discuter de la ressource la plus importante : l’eau.

L’objectif

En août, le parti libéral du Canada promettait 1 milliard de dollars sur 10 ans pour restaurer et protéger les grands écosystèmes lacustres et fluviaux. Malheureusement, les sommes n’étaient pas au rendez-vous lors du dernier budget et en plus  cet investissement de un milliard n’est pas suffisant.

« L’enjeu de l’eau est primordial. Il ne peut pas être mis de côté puisqu’il s’agit d’une ressource vitale et non remplaçable. Nous avons bon espoir d’être entendus par nos décideurs politiques et espérons qu’ils comprendront l’urgence à laquelle on fait face. Nous sommes tous touchés » – Dominique Monchamp, directrice générale de la Fondation de Gaspé Beaubien et membre du comité directeur de la Coalition canadienne pour des eaux saines

Il faut agir!

La crise de l’eau est bien réelle et elle n’est pas seulement dans les autres pays. On retrouve 60 % de l’eau douce et potable du monde dans neuf pays. Le Canada possède à lui seul près de 20 % des réserves d’eau douce renouvelables. 

Les sources d’eau douce

Selon le Collaboratif Grands Lacs Saint-Laurent et son Plan d’actions 2020-2030, 2,2 milliards de dollars sur 10 ans sont nécessaires pour protéger les Grands Lacs et le Saint-Laurent. On parle ici seulement des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Le Canada compte pourtant 563 lacs d’une superficie supérieure à 100 kilomètres carrés et le plus grand réseau hydrographique au monde.

Les infrastructures

Il est important de préciser que la santé de l’eau ne passe pas seulement par la protection des sources d’eau douce et intérieures, mais aussi par la mise à niveau et l’entretien des infrastructures d’aqueducs et de traitement des eaux. Selon le rapport annuel 2019 du centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU), au Québec, nos infrastructures liées à l’eau ont un déficit de maintien d’actif de l’ordre de 17 milliards de dollars. La situation est sans doute semblable dans les autres provinces.

L’investissement qui doit être fait pour préserver la santé des eaux douces et intérieures à l’échelle nationale est donc bien plus grand!

Des solutions connues

Réseau Environnement et Stratégies Saint-Laurent ont identifié les enjeux importants en vue de réussir la modernisation des ouvrages municipaux d’assainissement d’eaux usées (OMAEU) et des stations de récupération de ressources de l’eau (StaRRE) au Québec. Dans leur rapport Assainissement 2.0, ils proposent des solutions à dix enjeux majeurs :

  1. Bio-surveillance dans les écosystèmes
  2. Un meilleur accompagnement, un guichet unique
  3. Composés nocifs non normés
  4. Réduction des débits et des contaminants à la source
  5. Réduction des surverses
  6. Systèmes non raccordés
  7. Projets pilotes et nouvelles technologies
  8. Gouvernance
  9. Financement stable et prévisible
  10. Plages et activités nautiques

« Les recommandations proposées s’inscrivent dans une perspective d’économie verte, qui est une approche pour mettre en œuvre le développement durable et qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie des ressources. », expliquent Réseau Environnement et Stratégies Saint-Laurent.

Responsabilité partagée

Certes, la responsabilité de la protection de l’eau et de sa gestion ne repose pas uniquement sur les épaules du gouvernement fédéral. Tous les paliers gouvernementaux sont concernés : pays, provinces, et municipalités. L’ouverture d’un dialogue avec nos élus est toutefois une première étape vers la mise en place de solutions efficaces et pérennes. Leur appui est nécessaire ainsi que l’obtention du financement dont nous avons besoin.

Les organisateurs de A Day on the Hill for Water

La Coalition canadienne pour des eaux saines est une coalition non partisane rassemblant plus de 60 organisations canadiennes partout au pays. Celles-ci se sont réunies afin de défendre la santé des eaux douces et intérieures sous toutes ses formes d’un bout à l’autre du Canada. La Fondation de Gaspé Beaubien en est fièrement l’un des membres instigateurs.

 

Les action de la Coalition reposent sur trois revendications :

  1. Établir une solide Agence canadienne de l’eau.
  2. Renouveler la Loi sur les ressources en eau du Canada vieille de plus de 50 ans.
  3. Mettre sur pied un Fonds canadien de l’eau afin d’investir 225 millions de dollars par année dans la santé des eaux canadiennes.

Si ces revendications vous interpellent et que vous avez à cœur la protection de l’eau au Canada, devenez membre de la Coalition et joignez-vous à nous les 18 et 19 octobre pour A Day on the Hill for Water.

Découvrez les dernières nouvelles d’AquaAction

L’année 2022 en est déjà plus qu’à la moitié et les projets d’AquaAction vont bon train! Les derniers mois ont été bien remplis et riches en nouveautés pour l’organisme canadien fondé par la Fondation de Gaspé Beaubien. Les enjeux environnementaux et sociaux liés à l’eau douce ne prennent pas de pause ; AquaAction continue donc de grandir pour y pallier et poursuivre sa mission. En plus de la campagne de sensibilisation nationale lancée en mars, AquaAction prépare de nombreux autres projets. Voici les détails.

« Nous sommes fiers de l’impact d’AquaAction! C’est seulement le début, mais nous sommes sur la bonne voie et nous continuons d’avancer. Il reste évidemment du chemin à parcourir, mais on est prêts! » – Dominique Monchamp, directrice générale de la Fondation de Gaspé Beaubien

1. AquaEntrepreneur Montréal

Le projet pilote AquaEntrepreneur Montréal se termine à la fin juillet. Les trois entreprises de cette cohorte viennent donc de terminer leur première banque d’heures d’accompagnement (28 heures) avec des coachs en affaires. Elles entament maintenant leur seconde banque d’heures d’accompagnement (14 heures) avec des experts spécialisés selon leur besoin :

 O’land

O’land Fill & Wash Stations se donne comme mission de réduire la pollution plastique des articles à usage unique afin de protéger l’environnement. Comment veulent-ils y arriver? En fournissant des infrastructures réutilisables qui répondent aux besoins de base en eau tout protégeant la santé et l’environnement. Pour eux, cela commence par des stations d’eau.

À l’aide d’AquaEntrepreneur, O’land a obtenu un contrat de location pour ses stations d’eau potable avec la Ville de Boisbriand. Il s’agit du premier client municipal pour l’entreprise montréalaise. Les stations ont été un tel succès que la location se transformera en achat! 

O’land a également eu une rencontre prometteuse avec le service de l’eau de la Ville de Montréal. Peut-être verrons-nous bientôt ces stations d’eau potable dans la métropole de façon permanente.

ChemBrains  

ChemBrains offre des solutions technologiques vertes qui permettent de récupérer les contaminants présents dans les effluents pour les recycler et les réutiliser. L’eau traitée peut par exemple être réutilisée dans les opérations de rinçage. Ces technologies trouvent des applications dans les industries de traitement de surface (placage, anodisation, ateliers de NDT-FPI, laveurs humides, etc.), les jeux d’eau des parcs publics, et plus.

Grâce au soutien d’AquaEntrepreneur, ChemBrains a obtenu un contrat de service avec l’entreprise Simexco pour déployer deux projets pilotes cet été à St-Valérien-de-Milton et à St-Jean-Baptiste-de-Rouville. La technologie de ChemBrains sera donc déployée pour la toute première fois sur le terrain. C’est une étape majeure pour l’entreprise!

ChemBrains a, elle aussi, eu une rencontre prometteuse pour un contrat potentiel. L’équipe a discuté avec le Bureau de projets et développement des services aux citoyens de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Ecotime

Ecotime, lauréat 2021 du Prix de la relève EAU André-Perrault, valorise les sources d’eau et d’énergie inutilisées pour générer des économies sans affecter le confort des utilisateurs. Les différentes solutions technologiques d’Ecotime ont des applications résidentielles, commerciales, institutionnelles et industrielles. 

En partenariat avec le Chef de section énergie pour les bâtiments de la Ville de Montréal, l’équipe d’Ecotime a élaboré une étude sur la récupération et la distribution des eaux pluviales pour la construction d’un nouveau Cour de services du Plateau. 

2. AquaEntrepreneur Québec

Le programme AquaEntrepreneur Québec, qui a récemment été financé par le ministère de l’Économie et de l’Innovation, prend rapidement forme. Tout se met en place pour que la cohorte d’AquaEntrepreneur Québec puisse poursuivre le développement et la commercialisation de ses solutions novatrices de gestion de l’eau. 

Parmi les 14 entreprises ayant proposé leur candidature, 10 seront retenues pour la phase 1. Le jury annoncera son choix avant la fin du mois de juillet. Plus d’informations seront bientôt partagées.

AquaEntrepreneur a également eu des rencontres avec les villes de l’Assomption, Plessisville, et Lavaltrie pour connaître leurs enjeux liés à la gestion de l’eau. Quatre projets municipaux seront sélectionnés afin d’être solutionnés par les entreprises candidates.

3. Défi AquaHacking Québec 2022-23

Une nouvelle édition du Défi AquaHacking se prépare! Le Défi est de retour dans la belle province pour s’attaquer aux problèmes d’eau douce les plus critiques auxquels les communautés sont confrontées.

L’équipe d’AquaHacking recherche des enjeux critiques liés aux eaux intérieures du Québec ayant un impact sur les Québécoises et les Québécois. Les défis AquaHacking précédents ont déjà adressé des enjeux tels que les microplastiques, les surverses, la qualité de l’eau des puits, la gestion des risques d’inondation, les espèces aquatiques envahissantes, etc.

L’appel à enjeu se termine le 22 juillet. La sélection de ceux-ci se fera ensuite en août. Le choix d’enjeu repose sur six critères : 

4. Défi AquaHacking Atlantique 

Le Canada atlantique abrite un système spectaculaire d’environnements dynamiques d’eau douce et d’eau de mer. Étant au cœur des écosystèmes et des collectivités, l’eau et la gestion des eaux impliquent donc de nombreux enjeux dans la région. AquaHacking se rend donc dans les provinces atlantiques pour la seconde fois. 

AquaHacking Atlantique sélectionne présentement les problèmes qui serviront de défis aux candidats. Les enjeux seront annoncés en août. En septembre, les jeunes innovateurs talentueux de tout le Canada seront invités à déposer leurs candidatures et à mettre leurs compétences au service de l’eau.

L’appel à enjeux est donc lancé. Les critères de sélection des enjeux sont semblables à ceux des autres Défi AquaHacking :

5. Nouveaux membres de l’équipe

Afin de soutenir les projets toujours plus nombreux d’AquaAction, l’équipe de l’organisme s’agrandit. Nous accueillons donc trois nouvelles personnes parmi nous! C’est une preuve incontestable de la croissance d’AquaAction et de son impact grandissant au pays. 

Bienvenue à Sylvie Charbonneau, directrice de programme, à Aidan Price Gallagher, stagiaire en développement et sensibilisation des donateurs, et à Alejandro Martinez-Ramos, coordinateur de la communauté des start-ups.

Plus de 30 ans d’implication et d’innovation pour la Fondation

Depuis 1990, avec la Fondation de Gaspé Beaubien, Nan-b et Philippe II de Gaspé Beaubien partagent temps et ressources à l’échelle locale, nationale et, même, internationale. Leurs valeurs de partage, d’innovation et de développement durable sont les piliers de la Fondation. Trente-deux ans plus tard, ces valeurs animent toujours chacune de leurs décisions. Obtenez un aperçu de cette vision humaine et de son origine.

Avant la Fondation de Gaspé Beaubien : Télémédia

C’est suite au succès de leur entreprise Télémédia que Philippe II et Nan-b ont décidé de créer la Fondation de Gaspé Beaubien. La réussite de l’entreprise rendait possible leurs aspirations philanthropiques.

Lancée en 1968, Télémédia était une entreprise médiatique. Elle comptait des magazines et plusieurs stations de télévision et de radio. Dans les années 1980, Télémédia était propriétaire du plus important réseau de radio privée et reconnue comme l’un des plus grands éditeurs de magazines au Canada. Certaines des marques fondées et popularisées par Télémédia font encore aujourd’hui partie du paysage médiatique canadien. On peut entre autres penser à Coup de pouce, Elle Québec, Elle Canada, TVHebdo et Canadian Living.

Passion et engagement dès le début

Fiers de leur succès dans le monde médiatique, Philippe II et Nan-b se sont lancés dans la sphère philanthropique avec la création de la Fondation de Gaspé Beaubien. Redonner à la communauté était plus qu’un souhait pour eux. Ils étaient motivés par l’idée d’aider d’autres familles en affaires à atteindre un équilibre entre les affaires et la famille et assurer une succession harmonieuse des entreprises. Ils voyaient cela comme un devoir. L’approche de la Fondation se base donc sur trois principes : échanger avec les parties prenantes pour comprendre leurs besoins et déterminer ensemble les actions clés du projet; fournir les capitaux initiaux nécessaires au développement du projet; établir les critères de succès et évaluer l’impact du projet, et assurer la pérennité du projet par la recherche de financements durables. 

Notre mission : Écouter, échanger et travailler de pair avec la communauté pour amorcer ensemble des actions et des changements durables

Pour nos fondateurs, depuis plus de 30 ans, les différents projets et programmes de la Fondation sont un travail à temps plein. « Le fait est que nous avons travaillé aussi fort à redonner notre argent que nous l’avons fait pour le gagner. On veut prendre part à des projets et des causes qui nous tiennent réellement à cœur, auxquels on croit. On veut s’impliquer de façon efficace et à long terme. » – Philippe II et Nan-b de Gaspé Beaubien

De génération en génération, les membres de la famille de Gaspé Beaubien s’impliquent personnellement et activement. Leur contribution est bien entendu financière, mais aussi et surtout humaine. Ils partagent temps et efforts dans chacun des projets de la Fondation. Ils s’impliquent personnellement et ils veulent absolument que leurs dons soient dédiés à des activités impliquant des humains, pas seulement à des infrastructures, de l’équipement  ou des espaces.

Familles en affaires

Dans les années 90, alors que la démarcation entre les préoccupations familiales de la famille de Gaspé Beaubien et les préoccupations de l’entreprise devenait de plus en plus floue, Philippe et Nan-b ont réalisé que leurs entreprises étaient peut-être uniques, mais que leur réalité de famille en affaires était incroyablement semblable à celles de leurs pairs. De fil en aiguille, la cause des familles en affaires est ainsi devenue le premier projet de la Fondation.

En 1999, le programme créé par la Fondation de Gaspé Beaubien est devenu un organisme sans but lucratif à part entière et la Fondation des familles en affaires est née. Plus de 20 ans plus tard, l’OSBL est toujours en activité et continue d’évoluer sous le nom Fondation des Familles entrepreneuriales (FFE).

Le domaine de la santé

De 2006 à 2014, la Fondation de Gaspé Beaubien a investi tout près d’un million de dollars dans le domaine de la santé. 

La Fondation s’était associée au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Sommets (MRC des Laurentides) pour la création et la mise en place de plusieurs programmes. Au cours de ces huit années, l’équipe a mené à terme de nombreux chantiers. Un nouveau mode de cogestion médico administrative a été instauré; du coaching et plusieurs activités de codéveloppement entre directeurs médicaux et clinico-administratifs ont été offerts; l’accueil et l’intégration des médecins au CSSS ont été consolidés; des ateliers d’intéressement à la gestion et au modèle de cogestion ont été créés; et bien plus.

La cause de l’eau

Depuis quelques années, l’eau douce est la cause principale de la Fondation. En 2015, l’organisme sans but lucratif AquaAction a donc été mis en place. En seulement 6 ans, l’organisme a participé à la création de plus de 35 start-ups innovantes partout au pays par l’entremise de ses Défis AquaHacking. C’est certainement l’une de leurs plus grandes réalisations.

Le plus récent projet? Une toute nouvelle campagne de sensibilisation. Cette campagne d’envergure nationale a été lancée en mars. L’objectif est de sensibiliser le public aux problèmes critiques liés à l’eau et aux solutions de pointe qui émergent pour les résoudre.

Découvrez comment vous impliquer!

Maison Phoenix

Habitant dans les Laurentides depuis plus de 40 ans, Philippe II et Nan-b aiment particulièrement cette région. Au fil des ans, ils ont donc pris part à plusieurs projets laurentiens. En 2022, ils ont annoncé qu’ils soutiennent la Maison Phoenix, un nouvel organisme sans but lucratif de la région. 

La mission de Maison Phoenix fusionne communauté et intergénérationnel. L’organisme offrira des appartements pour personnes âgées de 65 ans et plus. Le bâtiment sera tout prêt de la nouvelle école publique du village de Val-David afin de faciliter les échanges intergénérationnels entre les résidents et les élèves. Dans le respect de sa vision humaine, la Fondation de Gaspé Beaubien contribue à l’embauche d’une ressource à la coordination des activités intergénérationnelles de l’organisme.

 

Nan-b et Philippe II peuvent être fiers des réalisations de la Fondation de Gaspé Beaubien. La vision humaine et philanthropique d’il y a 30 ans demeure bien vivante. Elle les guide au quotidien et anime également leurs enfants et leurs petits-enfants. L’avenir de la Fondation et de ses projets est entre bonnes mains!

2,1 millions de dollars pour le programme AquaEntrepreneur Québec

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a accordé un financement de plus de 2 millions de dollars au programme AquaEntrepreneur Québec. Ce programme comble un vide important dans le cycle de développement et de commercialisation des technologies de l’eau en aidant les entreprises spécialisées dans les technologies de l’eau à faire passer leurs solutions du laboratoire au marché. Le programme AquaEntrepreneur Québec sera lancé à travers la province.

Découvrez tous les détails concernant ce financement.

Campagne de sensibilisation nationale : Valoriser des solutions innovantes aux problèmes d’eau douce

En cette Journée mondiale de l’eau, AquaAction et la Fondation de Gaspé Beaubien lancent une campagne médiatique de plusieurs millions de dollars. L’objectif? Sensibiliser le public aux problèmes critiques liés à l’eau et aux solutions de pointe qui émergent pour les résoudre. « L’accès à l’eau potable est un droit humain et est essentiel à la santé de nos communautés, de nos écosystèmes et de notre économie. Nous devons, de toute urgence, atténuer l’impact des changements climatiques et nous y adapter, et nous croyons en l’ingéniosité des jeunes Canadiens et leurs solutions novatrices lorsqu’il s’agit de restaurer et de préserver la santé de l’eau douce », déclare François de Gaspé Beaubien, président du conseil d’administration d’AquaAction.

Apprenez-en plus!

 Découvrez comment vous impliquer!

Défendre la santé de l’eau douce avec la Coalition canadienne pour des eaux saines

En 2021, plusieurs groupes environnementaux canadiens, des organisations à but non lucratif et des organismes paragouvernementaux se sont réunis afin de fonder la Coalition canadienne pour des eaux saines. Cette coalition non partisane défend fièrement la santé de l’eau douce partout au pays. La Fondation de Gaspé Beaubien est heureuse d’en faire partie.

Qu’est-ce que la Coalition canadienne pour des eaux saines?

La Coalition canadienne pour des eaux saines revendique des directives politiques du gouvernement fédéral pour faire face aux enjeux liés à l’eau. Elle regroupe aujourd’hui plus d’une cinquantaine de membres à travers le Canada, dont AquaAction et la Fondation de Gaspé Beaubien.

Selon la Coalition, il est nécessaire de modifier notre relation à l’eau douce et la gouvernance de cette ressource au Canada afin d’assurer la protection de la santé des eaux. Elle explique : « Il doit s’agir d’un effort de collaboration qui fait appel à tous les ordres de gouvernement, qui fait participer les Canadiens et qui tire parti de la richesse des connaissances scientifiques, écologiques et traditionnelles de la population en matière d’eau. Le gouvernement fédéral a un rôle de premier plan à jouer dans cette transformation, et la Coalition canadienne pour des eaux saines est unie dans son plaidoyer pour que le gouvernement fédéral exerce un leadership affirmé et approprié. »

Les revendications

Pour atténuer les enjeux auxquelles la préservation de l’eau est confrontée et soutenir des eaux saines, la Coalition revendique trois mesures du gouvernement fédéral :

Le rôle de la Fondation de Gaspé Beaubien

La Fondation de Gaspé Beaubien veut jouer un rôle de leadership en participant activement à la Coalition et en agissant comme courroie de transmission avec les parties prenantes du Québec. Sa position unique lui permet d’agir comme catalyseur et de transcender les limites culturelles et linguistiques. Dominique Monchamp a donc été nommée pour siéger sur le comité directeur de la Coalition canadienne pour des eaux saines afin d’y agir comme vigie et d’y intégrer la voix du Québec. 

« À la Fondation de Gaspé Beaubien, on croit fermement que nos liens privilégiés avec les groupes du Canada anglais et les groupes du Québec nous permettront d’agir à titre de rassembleur. On ne souhaite pas être décideur ni porte parole; on veut plutôt faire le pont entre les différents acteurs. Ma mission sera de dépasser les barrières linguistiques et culturelles pour faciliter les relations. » – Dominique Monchamp, directrice générale de la Fondation de Gaspé Beaubien et membre du comité directeur de la Coalition canadienne pour des eaux saines

En ce sens, la Fondation de Gaspé Beaubien financera la traduction de toute la documentation de la Coalition canadienne pour des eaux saines. L’objectif est d’ainsi garantir l’accessibilité de ces contenus aux Québécois et autres Canadiens francophones d’un océan à l’autre. L’une des premières traductions réalisées a été la version française du site web de la Coalition.

Impliquée au Canada et au Québec

Ce n’est pas la première fois que la Fondation de Gaspé Beaubien s’allie à la cause de l’eau. Plus tôt cette année, elle s’est jointe à un comité québécois ad hoc dont le but était de proposer des recommandations en lien avec la protection de l’eau au ministre de l’Environnement et du changement climatique du Canada ainsi qu’à la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada. Cette nouvelle association se fait dans le même esprit de préservation de l’eau et d’enthousiasme face à la création de la future Agence canadienne de l’eau.

Si les revendications de la Coalition canadienne pour des eaux saines vous interpellent et que vous souhaitez, vous aussi, participer au changement, consultez le site web et devenez membre.

Investir dans l’eau, c’est payant!

Selon un rapport du Groupe AGÉCO réalisé pour le Réseau Environnement, l’amélioration des infrastructures en eau du Québec coûterait 49 milliards $ sur 25 ans. C’est plus que le double du budget de 22 milliards $ proposé par le Gouvernement provincial pour leur maintien. Investir dans la cause de l’eau vient pourtant avec des avantages considérables.

Un impressionnant retour sur investissement

L’étude propose un scénario pour combler le déficit d’investissements tout en améliorant la qualité des infrastructures. Au total, les bénéfices de ce scénario d’investissements sont de 47 milliards $. Ainsi, pour chaque dollar investi, le Québec obtiendrait un rendement de 1,72 $, c’est-à-dire un bénéfice de 72 %. Il s’agit d’un rendement tout simplement remarquable.

« Cette étude nous confirme le pressentiment que la Fondation a depuis dix ans : investir dans la cause de l’eau est, premièrement, essentiel d’un point de vue environnemental et social, et, deuxièmement, rentable. On recherchait un impact écologique d’abord, mais c’est avec plaisir qu’on découvre un impact économique aussi positif! » – François de Gaspé Beaubien, président du conseil d’administration de la Fondation

En résumé

Pourquoi investir dans la cause de l’eau

Les infrastructures actuelles ont, non seulement, besoin d’entretien, mais aussi d’optimisation. Les changements climatiques ont déjà des impacts importants sur l’approvisionnement en eau potable et sur les infrastructures (prises d’eau, usines de traitement, chambres de régulation de pression, etc.). La préservation et la gestion efficace de l’eau sont des enjeux d’importance partout dans le monde. Le Québec et le Canada n’y échappent pas.

Considérant le manque d’investissements au cours des dernières décennies et les impacts des changements climatiques qui sont de plus en plus présents, les risques de défaillance majeure sont de plus en plus importants sur les réseaux d’eau potable au Québec. Les événements vus dernièrement à Laval et Iqaluit ne doivent pas devenir monnaie courante. 

Conséquences sur la santé humaine

Le scénario d’investissements recommandé par le Réseau Environnement permettrait l’amélioration des procédés de traitement de l’eau potable, l’amélioration du traitement des eaux usées, la réduction du nombre de contaminations par les débordements d’eaux usées (pour la région de Montréal) ainsi que la réduction de la contribution des eaux usées au développement de l’antibiorésistance des agents pathogènes. Le tout résulterait en plus de 500 millions $ d’économie par an.

Effets sur les écosystèmes et l’environnement

Le Réseau Environnement considère également la santé des écosystèmes et de l’environnement. Selon l’étude, la réduction du nombre de déversements d’eaux usées dans nos écosystèmes engendrerait 324 millions $ de profit et une dégradation moindre de la qualité de l’environnement et des eaux partout au Québec.

Amélioration de la résilience climatique

Les investissements recommandés permettraient l’amélioration de la capacité à gérer l’augmentation des risques d’inondations causés par les changements climatiques et la capacité des systèmes d’eaux usées à transporter et traiter les eaux usées. Ainsi, les risques de dommages aux infrastructures municipales liées à l’eau; les coûts d’exploitation des infrastructures et du traitement des eaux usées; et les dédommagements et indemnisations sont réduits.

Les motivations de Réseau Environnement

Cette étude exploratoire se veut un outil social et une source d’informations solide pour appuyer les décisions en matière de gestion de l’eau. Réseau Environnement explique : « Afin d’accompagner les pouvoirs publics, Réseau Environnement souhaite disposer d’une estimation du retour des investissements dans les infrastructures en eau au Québec. Ainsi, il pourra démontrer le bien-fondé de faire des infrastructures en eau une cible prioritaire des investissements de relance économique au Québec. »

La Fondation de Gaspé Beaubien salue et remercie l’initiative de Réseau Environnement. 

En bref, investir dans la cause de l’eau, c’est payant!

Nous disposons maintenant de preuves de la rentabilité d’une gestion de l’eau adéquate. La Fondation de Gaspé Beaubien en avait l’intuition et est heureuse de pouvoir partager la nouvelle. Au-delà de l’impact environnemental, la cause de l’eau touche tous les aspects socioéconomiques de notre société.

La préservation de l’eau : un enjeu majeur

Dans la lutte aux changements climatiques, un enjeu trop souvent laissé de côté est la préservation de l’eau. Celle-ci est pourtant primordiale. Même avant que les conséquences des changements climatiques ne se fassent sentir, la gestion de l’eau était problématique. Les changements climatiques ne sont donc pas la seule cause des problèmes liés à l’eau, mais ils les amplifient grandement.

L’eau reste une ressource sous-évaluée dont l’accès n’est pas équitable et elle est malheureusement polluée à l’échelle planétaire. La Fondation de Gaspé Beaubien a donc à cœur la cause de la préservation de l’eau. Une bonne gestion de l’eau est aujourd’hui cruciale pour s’adapter aux changements climatiques.

Des conséquences actuelles

Des pluies torrentielles et des inondations soudaines à New York, des feux de forêt et des sécheresses à travers l’Amérique, l’ouragan Ida, le deuxième ouragan le plus destructeur jamais enregistré en Louisiane… L’été 2021 a vu son lot d’événements alarmants causés par les changements climatiques et une gestion de l’eau inadéquate. La communauté scientifique estime même qu’au Brésil, les sécheresses de cette année sont les pires depuis plus d’un siècle. 

Partout sur le continent, ces sécheresses sont en partie dues à des systèmes de gestion de l’eau déficients. Les changements climatiques font ressortir les défauts et les limites des infrastructures de gestion de l’eau, tant sur le plan de la disponibilité et de la qualité que de la sécurité. Les systèmes d’eau défaillants impactent ensuite de nombreux secteurs économiques tels que l’alimentation, l’énergie ou le tourisme.

Au Canada

Le Canada a peut-être été un peu moins affecté que d’autres pays par les effets des changements climatiques et d’une gestion de l’eau inadéquate, mais il ne sera pas toujours épargné. Ce dont nous avons été témoins cet été n’est qu’un préambule des effets que nous vivrons dans les prochaines années.

« Les changements climatiques mettent en lumière une défaillance importante en matière de gestion de l’eau. Cette défaillance existe depuis beaucoup plus longtemps que les conséquences des changements climatiques. On en paie le prix aujourd’hui et il faut donc agir dès maintenant. » – Nan-b de Gaspé Beaubien.

Sans interventions ou réforme des infrastructures d’eau, les impacts de ces défaillances se feront ressentir à l’échelle locale, nationale et internationale. Des actions doivent rapidement être mises en place. Tel qu’expliqué par la Coalition Eau, le fait est que « les sources d’eau douce sont vulnérables et auront à souffrir gravement du changement climatique, avec de grandes répercussions sur les sociétés humaines et sur les écosystèmes. »

L’eau dans la lutte contre les changements climatiques

Deux catégories de mesures existent afin de limiter les conséquences des changements climatiques : les mesures d’atténuation et les mesures d’adaptation. Les premières visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre et les secondes visent à permettre aux populations et aux écosystèmes de faire face aux impacts des changements climatiques.

La gestion et la préservation de l’eau touchent ces deux types de mesures. Comment? En limitant la consommation d’énergie du secteur de l’eau (atténuation) et en intégrant la dimension climatique dans la gestion de la ressource (adaptation).

Une responsabilité publique

Les risques liés à l’eau doivent être considérés comme aussi importants que les risques climatiques. Les équipes d’AquaAction et de la Fondation de Gaspé Beaubien lancent donc un appel aux citoyens ainsi qu’à nos élus et leur demandent de reconnaître l’importance vitale d’une bonne gestion de l’eau. Dominique Monchamp explique : « On parle beaucoup d’économie verte, d’adaptation aux changements climatiques, d’économie d’énergie et c’est très bien. Les budgets publics explosent en ce sens toutefois, l’enjeu climatique associé à la gestion de l’eau est rarement à l’ordre du jour et à la Fondation de Gaspé Beaubien, nous croyons que c’est une erreur. Le gestion de l’eau fait partie intégrante des plans d’actions visant l’adaptation aux changements climatiques et du financement doit y être attaché. »

L’économie bleue on y croit

Plus d’un an après le début de la crise pandémique mondiale, les cas de COVID-19 diminuent enfin, la population se prépare à une période de déconfinement et les gouvernements s’activent à planifier la relance économique du pays. 

Les budgets annoncés mettent l’accent sur une relance économique verte, en investissant des milliards de dollars dans des initiatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et ainsi atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Un grand pas vers un avenir plus durable certes, mais la Fondation de Gaspé Beaubien tient à s’assurer que le futur de l’économie bleue ne soit pas soustrait à celui d’une économie verte, les deux vont de paires. 

La crise de l’eau et l’importance d’une économie bleue

D’ici 2030, près de 60% de la population planétaire manquera d’eau. La crise de l’eau est bien réelle et pas seulement chez nos voisins, mais aussi chez nous. Neuf pays sur l’ensemble  possèdent à eux seuls 60% de l’eau douce et potable au monde. Le Canada possède à lui seul près de 20% des réserves d’eau douce renouvelables. 

Alors que nous continuons d’utiliser l’eau de façon excessive, la pression sur ces pays privilégiés deviendra immense. Le Canada n’est pas à l’abri de potentielles disputes internationales: pensons à notre pays voisin, les États-Unis, dont une grande partie de son territoire est aux prises avec des sécheresses sans précédent. 

La Famille de Gaspé Beaubien croit profondément à une économie nationale prospère et en une relance économique par le soutien et l’investissement des projets de la technologie de l’eau. L’économie bleue passe par un effort collectif et nous comptons sur les gouvernements, les jeunes entrepreneurs et les investisseurs privés pour stimuler ce pan de l’économie en lien avec la préservation de l’eau.

«Nous sommes une famille d’entrepreneurs, nous avons entrepris toute notre vie, et nous croyons fermement que la passion et l’engagement des entrepreneurs peuvent en même temps stimuler l’économie et protéger notre environnement.» – Nan.B

L’innovation technologique au service de l’eau

Depuis sa fondation, AquaHacking a su être à l’avant-garde de l’innovation technologique dans le domaine de l’eau. Les efforts des dernières années pour créer les meilleurs programmes d’accompagnement des jeunes entrepreneurs à développer des solutions innovantes dans le domaine de l’eau ont été remarquables. 

Le déploiement efficace de la technologie pour faire progresser les solutions environnementales est un travail complexe qui exige une combinaison d’expertise technique, de financement, d’infrastructure, de connaissances et de compétences. L’innovation doit être supportée financièrement et doit faire partie de la culture organisationnelle de la fonction publique municipale, provinciale et fédérale. 

AquaHacking : soutenir les jeunes talents qui détiennent les solutions de demain

La Famille de Gaspé Beaubien prêche pour une économie bleue et l’initiative AquaHacking est une opportunité de soutenir les individus et les organisations qui œuvrent chaque jour pour relever les défis environnementaux en les aidant à accélérer le rythme et la précision de leurs efforts.

Avec AquaHacking, c’est le début du continuum d’innovation et la Famille est fière d’y jouer un rôle important.

«Je crois vraiment en la génération montante pour s’investir dans des entreprises à impact positif et j’invite ma génération à les supporter. C’est bien la moindre chose qu’on pourrait faire pour eux.» – Dominique Monchamp 

Des organismes de protection de l’eau du Québec unissent leurs voix afin de porter leurs recommandations sur la mise en place de la future Agence canadienne de l’eau.

La Fondation de Gaspé Beaubien s’est jointe à un comité ad hoc dont le but était de proposer des recommandations au ministre de l’Environnement et du changement climatique du Canada ainsi qu’à la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada qui, tous deux, ont eu le mandat de mettre en place une Agence canadienne de l’eau. Cette alliance québécoise est composée de La Fondation de Gaspé Beaubien, du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), d’Aqua Forum, de Stratégies Saint-Laurent, du Centre d’interprétation de l’eau, de Réseau Environnement et de Sanexen Services Environnementaux.

(suite…)